Science pour tous

A quoi servent des recherches fécondes si elles restent en laboratoire ? Parmi les missions du CNRS, on compte aussi celle du transfert technologique et celle du partage des connaissances avec le public le plus large possible. Vous cherchez à rester connectés à la recherche ? En plus des dispositifs et médias nationaux tels que CNRS Le Journal, Zeste de sciences ou CNRS Images, le CNRS Paris-Normandie vous propose d’entretenir des liens avec lui en région.

Réflexions : instantanés de recherche

Imaginé par Normandie université, Le Dôme et le CNRS Paris-Normandie, « Réflexion.s : Instantanés de recherche » ouvre les portes de la recherche au plus grand nombre en invitant les publics à suivre le quotidien de jeunes chercheuses et chercheurs via Instagram et à les rencontrer à l’occasion d’évènements de culture scientifique et technique organisés en Normandie.

UN COMPTE COLLABORATIF POUR (RE)DÉCOUVRIR LA RECHERCHE

Largement inspiré des dispositifs « En direct du labo », « ComSciComCa » ou encore « La bio au labo », pour ne citer que les francophones, « Réflexion.s : Instantanés de recherche » rejoint la grande famille des comptes collaboratifs en sciences. Toutes les deux semaines, une nouvelle personnalité prend les commandes du compte pendant 7 jours pour partager son quotidien et donner à voir concrètement la réalité des métiers de la recherche.

Pour dépasser le virtuel, les doctorant(e)s et post-doctorant(e)s participant(e)s organisent ou prennent également part à des évènements de culture scientifique et technique en Normandie (Ma thèse en 180 secondes, Atelier du chercheur, Pint of science, Fête de la Science, …) pour aller à la rencontre des publics sur le terrain.

Suivez Réflexion.s sur  INSTAGRAM  et  ECHOSCIENCES NORMANDIE

Portraits de la saison #5 :

Du 20 au 26 février 2023 : Anouk Lyver, doctorante en biologie du sol au laboratoire (AGHYLE) et (EVA), à l'université de Caen Normandie. Anouk étudie l’influence du type du sol et des résidus de culture agricole sur les mécanismes de stabilisation du carbone dans le sol.
 

Du 6 au 12 mars 2023 : Paul Burel, doctorant en chimie au laboratoire Unité transformations et agroressources (UT&A - UniLaSalle ) et à l’Institut de thermique, mécanique et matériaux (ITheMM – Université de Reims Champagne Ardenne ). Il travaille sur l’impression 3D de composites biodégradables pour accélérer la régénération osseuse.

Du 20 au 26 mars 2023 : Grace Asante, doctorante en science du langage au centre de recherches inter-langues sur la signification en contexte(CRISCO), à l’université de Caen Normandie . Elle étudie la fréquence et la synonymie dans l’acquisition du français troisième langue.

Du 3 au 9 avril 2023 : Gabriel Bernard-Guelle, architecte diplômé d’état, ingénieur et doctorant en architecture au Laboratoire Architecture, Territoire, Environnement (ATE) à l’École nationale supérieure d’architecture de Normandie . Il étudie l’enseignement de la construction entre 1920 et 1970 à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris, en France, et à l’Ecole technique supérieure de Munich, en Allemagne.

Du 17 au 23 avril 2023 : Rita Lenoir dit Caron, doctorante en sciences humaines et sociales au Centre d’études des transformations des activités physiques et sportives (CETAPS), à l’université de Rouen Normandie . Elle s’intéresse à l’intérêt du yoga dans la rééducation de patients souffrant d’accident vasculaire cérébral.

1er au 7 mai 2023 : Ralphson Pierre, doctorant en sciences de l’éducation au Centre Interdisciplinaire de Recherche normand en Education et Formation (CIRNEF), à l’université de Caen Normandie . Il travaille sur l’intégration des technologies éducatives dans les salles de classes surchargées en Haïti.

Du 15 au 21 mai 2023 : Daphné Le Digarcher Doublet, doctorante en Littérature Comparée au laboratoire Lettres Arts du Spectacle Langues Romanes (LASLAR), à l’université de Caen Normandie . Elle étudie les évolutions de la figure de Pénélope dans le temps long durant l’Antiquité, le Moyen Âge et l’époque contemporaine.

Du 29 mai au 4 juin 2023 : Anne Le Garnec, doctorante en sociologie au laboratoire Identités et Subjectivité, à l’université de Caen Normandie . Elle étudie les violences faites aux hommes dans le cadre conjugal.

Du 12 au 18 juin 2023 : Sarah Perrier, doctorante en sciences de l’éducation et de la formation au Centre interdisciplinaire de recherche normand d’éducation et de formation (CIRNEF), à l’université de Rouen Normandie . Elle réalise une recherche-action collaborative avec des formateurs d’apprentis sur l’innovation pédagogique pour les accompagner dans leur professionnalisation.

Du 26 juin au 2 juillet 2023 : Pauline Sariou, doctorante en psychologie au laboratoire de Neuropsychologie et Imagerie de la Mémoire Humaine (NIMH), à l’université de Caen Normandie . Elle étudie les liens entre la mémoire et les interactions sociales dans les maladies neurodégénératives.

 

Retrouvez les portraits vidéos des saisons précedentes sur la chaine Youtube de Réflexion.s : instantanés de recherche !

Ma thèse en 180 secondes

Condenser des années de recherche en trois minutes, de façon simple et ludique, devant un jury de professionnels et un public de non-spécialistes : voilà le défi relevé par tous les doctorants et doctorantes qui se lancent dans l'aventure MT180 !

Ma Thèse en 180 secondes est un concours organisé en France depuis 2014 par le CNRS et France Universités (ex-CPU). En Normandie, la sélection est organisée par la COMUE Normandie Université et le CNRS Paris-Normandie.

L’édition 2023 de la finale régionale du concours MT180 s'est tenue le jeudi 23 mars à l'ISEL au Havre.

Le 1er prix du jury a été décerné à Anaïs Hamel, doctorante au laboratoire PHIND et le prix du public a été attribué à Olivier Maston, doctorant au laboratoire LOMC. Valentin Travers--Lesage, doctorant au laboratoire CERMN, reçoit quant à lui le 2ème prix du jury.

Lauréats 2023
De gauche à droite : Olivier Maston, prix du public, Anaïs Hamel, 1er prix du jury, et Valentin Travers--Lesage, 2ème prix du jury.

Anaïs Hamel, 1er prix du jury, est doctorante en psychologie au sein des laboratoires PHIND (Physiopathologie et imagerie des troubles neurologiques / équipe Neuropresage – Mécanismes pathologiques et interventions basées sur le mode de vie dans les troubles du cerveau - Inserm / Université de Caen Normandie) et UR2NF (Unité de recherche en neuropsychologie et neuro imagerie fonctionnelle - CRCN/Université Libre de Bruxelles). Elle étudie les liens entre le fonctionnement cérébral de régions clés sous-tendant les processus de mémorisation.

Olivier Maston, prix du public, est doctorant en génie civil au LOMC (Laboratoire ondes et milieux complexes - CNRS/université Le Havre Normandie). Il s’intéresse aux constructions en terre crue et cherche à résoudre le problème de fissuration causé lors de l’assèchement du matériau pour démocratiser son utilisation.

Valentin Travers--Lesage, 2ème prix du jury, est doctorant en chimie organique et médicinale au CERMN (Centre d’Études et de Recherche sur le Médicament de Normandie - Université de Caen Normandie). Il travaille à la recherche de nouveaux traitements contre la maladie d’Alzheimer.

Finalistes normands 2023

 

Lauréats 2022

1er prix du jury et prix des lycéens : Alexandre LEVALLOIS,

Alexandre LEVALLOIS est doctorant en biologie marine au laboratoire Biologie des Organismes et Écosystèmes Aquatiques (BOREA*) à l’université de Caen Normandie, a remporté le 1er Prix du jury et le Prix des lycéens.

Alexandre cherche à comprendre les effets potentiels de l’aluminium relargué par les anodes galvaniques sur des organismes essentiels des écosystèmes marins comme les huîtres, les ormeaux et les algues. Les anodes galvaniques sont des plaques constituées d’un alliage métallique visant à protéger de la corrosion une structure métallique immergée en mer comme les coques de bateaux, les infrastructures portuaires ou encore le mat des éoliennes.

* BOREA – Biologie des organismes et écosystèmes aquatiques (Muséum national d’Histoire naturelle / CNRS / Sorbonne Université / Université de Caen Normandie / Institut de recherche pour le développement / Université des Antilles)

Prix du public : Lucie LEREBOURG

Lucie LEREBOURG est docteure en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS). Elle a fait sa thèse au Centre d’Études des Transformations des Activités Physiques et Sportives (CETAPS*) de l’université de Rouen Normandie.

Lucie étudie l’évolution et la prédiction des performances en course à pied. Elle s’intéresse aux outils qui peuvent permettre aux athlètes et entraineurs d’appréhender et d’optimiser la performance sportive. En d’autres termes, aider à calibrer les séances d’entraînement et identifier les athlètes au fort potentiel sont les principaux défis de Lucie !

* CETAPS – Centre d’Études des Transformations des Activités Physiques et Sportives (Université de Rouen Normandie)

Le 2ème prix du jury a été remporté par Baptiste DELAUNAY, doctorant en chimie analytique appliquée à l’environnement dans le laboratoire Aliments Bioprocédés Toxicologie Environnements (ABTE) de l’université de Caen Normandie.

 

Lauréats 2021

 1er prix du jury : Candice Roux

Doctorante en neurosciences au laboratoire Mobilités : vieillissement, pathologie, santé (COMETE – CHU Caen Normandie / INSERM / Université de Caen Normandie), Candice travaille sur les troubles de la mémoire, des symptômes communs à de nombreuses pathologies du système nerveux central. Elle s’intéresse à une molécule qui agit sur la sérotonine appelée l’hormone du bonheur. Cette molécule a déjà montré des effets bénéfiques sur la mémoire mais son mécanisme reste à comprendre. Elle étudie plus particulièrement comment cette molécule affecte les réseaux de neurones de l’hippocampe, une structure de notre cerveau impliqué dans la formation des souvenirs.

2ème prix du jury : Chloé Fougères

Chloé est doctorante en physique nucléaire au Grand Accélérateur National d’Ions Lourds (GANIL – CEA / CNRS) à Caen. Elle s’intéresse aux Novæ, une explosion lumineuse à la surface d’un couple d’étoiles. Elle étudie un noyau phare pour la nova : le sodium. Le sodium excité durant une nova est la cible des télescopes. Au centre de l’atome, le noyau peut en effet émettre de la lumière lorsqu’il est excité. Mais le nombre de noyaux produits est incertain. Visant à résoudre cela, une expérience a été réalisée pour fabriquer un autre élément : le magnésium. Sa durée de vie quantifie en effet la probabilité du sodium d’être détruit ou non lors d‘une nova. Pour prédire la lumière du sodium mesurable par un télescope, il est ainsi nécessaire de connaître cet autre noyau. Faire réagir des noyaux grâce à un accélérateur terrestre aide à expliquer la lumière des étoiles dans l’Univers.

Au cours de cette finale régionale, Candice Roux a également reçu le prix des internautes qu’elle partage avec Younès Tierce, doctorant en mathématiques au laboratoire de mathématiques Raphaël Salem (LMRS – CNRS / Université de Rouen Normandie). Le prix des lycéens a également récompensé le jeune chercheur en mathématiques ainsi que Cassandre Palix, doctorante en neurosciences au laboratoire de Physiopathologie et Imagerie des troubles Neurologiques (PhIND – INSERM, Université de Caen Normandie) à l’Université de Caen Normandie.

 

 

Fête de la science

Initiée par le Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, la Fête de la Science est à ce jour la plus importante manifestation nationale dédiée à la recherche et à l'innovation.

La 32ème édition s'est déroulée du 6 au 16 octobre 2023.

En Normandie, cet évènement est coordonné par Le Dôme et Science Action Normandie avec le soutien de l'État et de la Région Normandie. Ce sont plus de 360 opérations dans plus de 60 villes grâce à la mobilisation de plus de 350 structures régionales.

Ressources multimédias

Explorez quelques grands thèmes de la recherche scientifique grâce aux créations multimédias et aux dossiers thématiques produits par le CNRS.

CNRS Images

CNRS ImagesUne banque d'images et de vidéos de la recherche scientifique pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous !
Consulter CNRS Images

Zeste de science

Zeste-de-scienceLa première chaîne YouTube de vulgarisation scientifique du CNRS. Un zeste d'humour, de rigueur, et d'images scientifiques !
Consulter la chaine Zeste de science

CNRS le journal

CNRS le journalUn site d'information scientifique pour toutes et tous. Son but : décrypter et contextualiser les résultats de la recherche, pour donner tout son sens à la science ! Se décline en magazine papier et newsletter.
Lire CNRS le journal

Carnets de science

Carnets de scienceUne revue semestrielle de vulgarisation scientifique, en vente en librairie. Un format pour s'affranchir de l'instantanéité de l'information et approfondir des sujets de science !
Lire les carnets de science

Sagascience

SagascienceUne collection de dossiers thématiques et d'animations multimédias produits par le CNRS.
Consulter le site Sagascience